(Français) L’art & la manière

Sorry, this entry is only available in French.

(Français) L’Escarcelle

Sorry, this entry is only available in French.

Keynote & panel @ SENSORNETS 2015

FIT IoT-LAB
: First Class IoT Open Experimental Testbed

 

In this talk, we present a precise description IoT-LAB. IoT-LAB provides a very large scale infrastructure facility suitable for testing small wireless sensor devices and heterogeneous communicating objects. IoT-LAB features over 2700 wireless sensor nodes spread across six different sites in France.  Nodes are either fixed or mobile and can be allocated in various topologies throughout all sites.  A variety of wireless sensors are available, with different processor architectures (MSP430, STM32 and Cortex-A8) and different wireless chips (802.15.4 PHY @ 800 MHz or 2.4 GHz).  In addition, “open nodes” can receive custom wireless sensors for inclusion in IoT-LAB testbed.

IoT-LAB’s main and most important goal is to offer an accurate open access multi-users scientific tool to support the design, development tuning, and experimentation of real large-scale sensor network/IoT applications. The hardware and software architectures that allow to reserve, configure, deploy embedded software, boot wireless sensor nodes and gather experimental data and monitoring information are described in detail. We also present demonstration examples to illustrate the use of the IoT-LAB testbed.

IoT-LAB is part of the FIT experimental platform, a set of complementary components that enable experimentation on innovative services for academic and industrial users.  The project -Future Internet of Things (FIT) – is one of 52 winning projects from the first wave of the French Ministry of Higher Education and Research’s “Équipements d’Excellence” (Equipex) research grant programme. The FIT project gives French Internet stakeholders a way to experiment with mobile wireless communications, both on network and application layers, thereby accelerating the design of advanced networking technologies for the Future Internet.

 

SENSORNETS 2015: http://www.sensornets.org

 

 

Solver to classical queues

This site presents some of our work related to the numerical analysis of queueing systems. We provide the solution for some classical models of queues.

Since February 2015, it provides the approximate solution to the G/G/C-like queue.

Multi-server queue

Direct URL: http://queueing-systems.ens-lyon.fr/

(Français) Le verre & l’assiette

 

 

Séminar: Learning to Predict End-to-End Network Performance by Yongjun Liao

Date:  Monday 9th February 2014 at 10:00AM

Room: IXXI

Abstract: We will present learning approaches to predicting end-to-end network performance such as round-trip time and available bandwidth. The key is to formulate the prediction problem as a problem of matrix completion. A novel concept is the rating of network paths, i.e. acquiring quantized measures of path properties, which is appealing in that ratings are not only informative but also cheap to obtain.

Short Bio:

Yongjun is currently a postdoc at Department of Electrical Engineering and Computer Science, University of Liège (ULG), Belgium. She received her B.S. in 1999 and M.S. in 2002, both from Department of Computer Science, Guangxi University, China. She joined Research Unit of Networking (RUN) at ULG, led by Professor Guy Leduc, in 2007, and defended her PhD thesis in January 2013. Before, she had worked as a software engineer in a small computer company in Beijing, China.

http://www.run.montefiore.ulg.ac.be/~liao/

Research school on Big Data

Date: January 19-23, 2015

École Normale Supérieure de Lyon

Teaching team: Alain BarratBruno GoncalvesNicolas Schabanel

 

More information on the school web site: http://www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~nschaban/MSC/2014-2015/ER/

 

Workshop Inria/EPFL

The programme is available here: http://www.irisa.fr/asap/?page_id=2661

The LIG Keynote Speeches: Show me your network, I’ll tell you who you are by E. Fleury

Although community detection has drawn tremendous amount of attention across the sciences in the past decades, no formal consensus has been reached on the very nature of what qualifies a community as such. In this talk we take an orthogonal approach by introducing a novel point of view to the problem of overlapping communities. Instead of quantifying the quality of a set of communities, we choose to focus on the intrinsic community-ness of one given set of nodes. To do so, we propose a general metric on graphs, the cohesion, based on counting triangles and inspired by well established sociological considerations. We applied the cohesion metric to social networks. Social Network Analysis has often focused on the structure of the network without taking into account the characteristics of the individual involved. In this work, we aim at identifying how individual differences in psychological traits affect the community structure of social networks. Instead of choosing to study only either structural or psychological properties of an individul, our aim is to exhibit in which way the psychological attributes of interacting individuals impacts the social network topology.

Video on the LIG web site

(Français) Recrutement d’un chargé de recherches en mathématiques pour les sciences humaines et sociales

Le CNRS affiche cette année un poste de Chargé de recherche 1re classe sur l’analyse, la modélisation, la collecte, la visualisation et le traitement des données sociales. Ce poste est ouvert en Section n°41 (Mathématiques) mais affecté à une unité de l’INSHS (voir http://gestionoffres.dsi.cnrs.fr/fo/offres/detail-fr.php?&offre_id=139). Deux laboratoires de l’Ecole normale supérieure de Lyon, le Centre Max Weber et le laboratoire ICAR, formulent des propositions de soutien à une candidature, dans le contexte de la forte priorité accordée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences sociales.

* Le Centre Max Weber (http://www.centre-max-weber.fr), laboratoire de sociologie basé à Lyon et Saint-Étienne (UMR CNRS 5283), développe plusieurs axes de recherches avec un souci de pluralisme théorique et méthodologique. Dans ce cadre général, l’équipe DPCS (“Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations”) entreprend depuis plusieurs années de développer à l’ENS de Lyon, autour de ses thématiques, des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et souhaite s’appuyer sur ce recrutement pour s’engager plus avant encore dans la voie ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires.

Sur le plan scientifique, le candidat ou la candidate devra présenter un profil clairement bi-disciplinaire, avec un équilibre aussi grand que possible entre expertise mathématique et expertise sociologique. Il ou elle devra en particulier démontrer une expérience avérée dans le domaine de la recherche en sciences sociales, par son cursus, ses collaborations de recherches et ses publications. Il sera espéré du candidat ou de la candidate une forte intégration dans l’équipe DPCS du Centre Max Weber, qui prendra en particulier la forme d’une participation aux recherches que l’équipe mène aujourd’hui en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), et celle du développement de nouvelles recherches dans le cadre de ce même type de partenariats entre sciences sociales, mathématiques et sciences expérimentales. Sur le plan thématique, le candidat ou la candidat-e sera ainsi invité à abonder les expertises locales sur lesquelles s’appuient les partenariats déjà inaugurés*, notamment sur la caractérisation topologique des réseaux, à l’articulation de l’analyse des réseaux sociaux (avec Pierre Mercklé au Centre Max Weber) et de la théorie mathématique des graphes et des graphes technologiques (équipe DANTE au Laboratoire d’Informatique et Parallélisme, équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique).

* Le laboratoire ICAR (http://icar.univ-lyon2.fr), laboratoire de sciences du langage basé à Lyon (UMR CNRS 5191), se caractérise par des activités scientifiques pluridisciplinaires focalisées sur l’analyse multidimensionnelle des usages de la langue dans l’interaction et dans le texte. En son sein, l’équipe Cogcinel (“Cognition, Collaboration, INteractions En Ligne”) articule des cadres théoriques complémentaires dans l’étude des phénomènes d’interactions humaines, en contexte naturel ou expérimental, avec ou sans médiation numérique. Son approche la conduit à mener des recherches en partenariat avec les mathématiques et les sciences expérimentales, et l’équipe souhaite appuyer sur ce recrutement pour poursuivre plus en avant cette voie de ouverte par ces premières collaborations interdisciplinaires

Le candidat ou la candidate devra démontrer son expertise mathématique de la caractérisation topologique des réseaux sociaux, lexicaux ou épistémiques, son intérêt pour les recherche en sciences du langage et/ou en sciences de l’éducation et son goût pour l’interdisciplinarité. Les domaines d’application de ces analyses topologiques peuvent concerner des domaines variés, la scientométrie, les nouveaux modes de communications (emails, sms), l’évolution des langues… Le candidat ou la candidate s’intégrera dans le laboratoire ICAR  où il participera aux recherches menées en partenariat avec l’IXXI (Institut de la Complexité de Rhône-Alpes), le LIP (Laboratoire d’Informatique et de Parallélisme et en particulier l’équipe DANTE qui étudie les réseaux dynamiques et leurs évolutions) ou l’équipe Sysiphe du Laboratoire de Physique (analyse du signal). Des collaborations sont actuellement menées entre ICAR et l’IXXI sur la scientométrie des recherches en sciences de l’éducation et sur la variabilité linguistique dans les média sociaux (financé par le Labex ASLAN). Par ailleurs, une collaboration se poursuit autour de l’utilisation de badges sociométriques pour analyser la collaboration dans une communauté scientifique (www.sociopatterns.org).

* Les travaux menés par le candidat ou la candidate recruté-e devront donc pouvoir s’intégrer dans un contexte interdisciplinaire, encouragé par la forte priorité donnée par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon aux recherches entrecroisant mathématiques, informatique, sciences expérimentales et sciences humaines et sociales. Sur le plan épistémologique, il est attendu du candidat ou de la candidate une contribution déterminée aux réflexions menées à l’ENS de Lyon sur les relations entre disciplines des sciences exactes et des sciences humaines et sociales (e.g. sociologie et épistémologie des sciences, sciences du langage, recherches en éducation).

* Nous vous invitons à prendre contact avec Pablo Jensen (IXXI, pablo.jensen@ens-lyon.fr), Pierre Mercklé (Centre Max Weber, pierre.merckle@ens-lyon.fr) et Jean-Philippe Magué (ICAR, jean-philippe.mague@ens-lyon.fr) pour plus d’informations.

* Quelques travaux des différentes équipes en collaboration :

– Eberle, J., Stegmann, K., Lund, K., Barrat, A., Sailer, M. & Fischer, F., 2013, Fostering Learning and Collaboration in a Scientific Community – Evidence from an Experiment Using RFID Devices to Measure Collaborative Processes, Proceedings of the 10th International Conference on Computer Supported Collaborative Learning.

– Grauwin, S.; Jensen, P., 2011, Mapping scientific institutions, Scientometrics, 89, 943-954.

– Latour B.; Jensen P., et al., 2012, The whole is less than the sum of its parts, British Journal of sociology, 63, 4, 591-615.

– Loiseau S., Gréa P., Magué, J.-P., 2011, Dictionnaires, théorie des graphes et structures lexicales, Revue de Sémantique et Pragmatique

– Mercklé, P., 2011, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte.

– Vogel, M., et al., 2014, From bicycle sharing system movements to users: a typology of Vélo’v cyclists in Lyon based on large-scale behavioural dataset, Journal of Transport Geography, 41, 280-291.

– See more at: http://quanti.hypotheses.org/1088/#sthash.sZX2FRS3.dpuf