Revenir à Recherche

Images

Voir aussi la section Vulgarisation.

Océanographie

  • NatureAGRIF fait la couverture de Nature :
    Une étude par simulation numérique vient de mettre en évidence des modifications ces dernières décennies des transferts de masses d’eaux de l’océan Indien vers l’océan Atlantique, transferts qui jouent un rôle important dans le système climatique global. En océanographie, le coût des calculs est souvent prohibitif. Dans le cas présent, cette simulation, réalisée par une équipe allemande en collaboration avec des équipes françaises, a été rendue possible grâce à l’utilisation du logiciel AGRIF développé par Laurent Debreu (INRIA, LJK), qui a été intégré dans le modèle océanique européen NEMO. Cet outil permet la réalisation de zooms locaux à haute résolution de façon physiquement consistante, et efficace en coût de calcul. On voit nettement sur la figure les limites du zoom à haute résolution de part et d’autre du Sud de l’Afrique. Copyright LJK.
  • LabradorCirculation océanique dans la mer du Labrador :
    La figure représente le champ de température à 180 mètres de profondeur, obtenu grâce à un zoom au 1/15° dans un modèle au 1/3° de l’Atlantique Nord. Cette simulation a été réalisée avec le modèle d’océan OPA et le logiciel AGRIF de raffinement de maillage. Copyright LEGI-LJK.
  • Hyperion_plumeDispersion de traceurs dans la baie de Los Angeles :
    La figure montre le résultat d’une simulation de la dispersion de particules rejetées à 40 mètres de profondeur. L’échelle de couleur indique la profondeur des particules. Cette solution locale à haute résolution est obtenue grâce à 3 zooms successifs, le modèle grossier recouvrant toute la côte ouest américaine. Cette simulation a été réalisée avec le modèle ROMS et le logiciel AGRIF. Copyright IRD-LJK.
  • Conditions aux limites optimisées pour la circulation océanique :
    Conditions_limites1 Conditions_limites2 Conditions_limites1Le but de cette simulation est d’illustrer l’efficacité des conditions d’interface optimisées pour des algorithmes de décomposition de domaine. Cette simulation représente la propagation d’une onde de Kelvin dans un modèle shallow water. La solution de référence en mono-domaine est comparée avec la solution en bi-domaine. Image de gauche : solution de référence dans un seul domaine. Image du milieu : solution après deux itérations de la décomposition de domaine avec des conditions de Dirichlet. Image de droite : solution après deux itérations de la décomposition de domaine avec des conditions optimisées. Copyright LAGA-LJK.
  • Effet cosinus sur les équations QG :
    Effet_cosinus Effet_cosinus Cette simulation illustre l’importance du terme en cosinus de l’angle de latitude dans les équations quasi-géostrophiques. A gauche, une simulation classique de QG est présentée sous la forme des isovaleurs de la fonction courant. A droite, on trace en fonction du temps la différence entre le modèle sans terme en cosinus et le modèle avec terme en cosinus. Les quantités (à gauche et à droite) sont moyennées dans le temps, à cause du caractère turbulent des simulations. Les différences notées d’un modèle à l’autre sont de l’ordre de 10% pour des temps longs. L’effet cosinus est donc à prendre en compte dans les simulations climatiques. Copyright LJK.

Couplage océan-atmosphère

  • Simulation du cyclône tropical Erica :
    Erica CoupleOn simule le cyclone tropical Erica, en mars 2003 au large de la Nouvelle-Calédonie, à l’aide du modèle atmosphérique régional WRF. Deux simulations sont comparées. La première est réalisée en mode forcé, c’est à dire sans rétroaction de l’atmosphère vers l’océan. La seconde est réalisé en mode couplé, c’est à dire avec rétroaction de l’atmosphère vers l’océan, celui-ci étant représenté par le modèle océanique ROMS. La simulation non couplée montre une surestimation de l’intensité du cyclone, tandis que la simulation couplée conduit à une représentation plus réaliste, due à une meilleure représentation des interactions océan-atmosphère.
    La quantité affichée est la vitesse du vent à 10m.

Neige et glace

  • AvalancheSimulation d’une avalanche :
    L’échelle de couleur indique la densité du bi-fluide air/eau.
    Copyright LJK-LEGI.

Lien Permanent pour cet article : https://team.inria.fr/moise/research/images/